Quelle qu’en soit la forme, un terrarium reste un écosystème clos similaire à tout autre milieu terrestre. Il est comme un aquarium dont l’eau serait substituée à la terre ou le sable.  Si on retrouve les terrariums pour l’élevage d’animaux vivant dans un environnement particulier, c’est surtout les terrariums de plantes qui ont le vent en poupe en ce moment.

Tout le monde se les arrache selon ses convenances. Si vous venez de vous en fabriquer un ou venez d’en recevoir un, cet article est fait pour vous. Il vous présente quelques astuces pour maintenir la vie dans ce biotope qui apporte de la verdure et métamorphose votre design intérieur.

Assurez-vous d’avoir les bons éléments pour commencer.

Déjà, assurez-vous de la bonne santé des éléments de départ. Selon le conditionnement pour lequel vous aurez opté (fermé, ouvert), l’entretien du terrarium suivra un canevas particulier. En fait, il se fera donc selon la nature du mini écosystème réalisé.

Pour réussir cette délicate opération, des éléments comme la lumière, la température, l’arrosage, la taille et l’espèce végétale choisie, seront pris en compte.

Cas d’un terrarium ouvert et humide

Le terrarium ouvert et humide est celui qui est propice au développement des plantes qui aiment et résistent particulièrement à l’humidité (ficus ginseng, le figuier nain ou Ficus pumila,  l’asparagus et les mousses). Pour prendre soin de cette catégorie de biotope, vous devez remplir certaines conditions. Notamment:

Une présence effective de la lumière

La lumière est un facteur incontournable dans la survie de l’espèce végétale. Étant l’élément qui favorise le processus de photosynthèse chez la plante, elle constitue un élément de survie pour la plante.

Via la photosynthèse, les éléments indispensables à sa survie (le dioxyde de carbone, l’oxygène) sont créés. Ainsi, votre terrarium devra donc être exposé à la lumière du jour, et ce de la façon la plus homogène possible.

Dans la mesure où cela s’avère difficile, pensez simplement à tourner le bocal une fois par mois pour que les plantes aient accès de façon équitable à la lumière. En période d’hiver, posez le terrarium près d’une fenêtre, sans toutefois le placer totalement à l’extérieur de la pièce.

Ne prenez donc jamais d’objets en verre coloré (lorsque vous optez pour un bocal en verre), si faiblement que ce soit. Ces couleurs altèrent le spectre lumineux, ce qui affecte négativement les plantes de votre terrarium.

Une température ambiante contrôlée

Un terrarium ouvert et humide a besoin d’être placé dans une pièce dont la température est ambiante. La pièce doit également être éloignée des sources importantes de chaleur.

Un arrosage rythmé

En période d’hiver, vous pouvez l’arroser 1 fois par semaine, tandis qu’en période estivale vous l’arroserez 2 à 3 fois par semaine. Observer également la mousse. Lorsque cette dernière est vert foncé, alors votre terrarium a suffisamment d’eau. Si au contraire la couleur de la mousse devient très claire (voir blanchâtre), alors il est temps de l’arroser.

Il en est de même de la matière présente dans le fond du bocal. Lorsque ce dernier est trop sec, c’est que l’écosystème est en manque d’eau. Lorsque vous arrosez le terrarium, veillez à ne pas mettre trop d’eau, au risque de noyer complètement votre plante.

La propreté du milieu

N’oubliez surtout pas que dans le terrarium, la plante grandit. Taillez-la de temps à autre afin de lui éviter de prendre trop de hauteur. Les feuilles mortes elles aussi doivent être retirées régulièrement question de garder le milieu toujours sain.

Pensez de temps en temps à lui donner un peu d’engrais, et pour cela privilégiez régulièrement les produits organiques. S’il y’a des algues, servez-vous d’un tampon serré au bout d’un fil de fer comme grattoir.

En cas de buée excessive, aérez pendant une ou deux heures.

Pour un terrarium fermé et humide

À quelques points prêts, l’entretien des terrariums fermés est similaire à celui des terrariums ouverts. En plus de la lumière, et de la propreté du milieu vous veillerez particulièrement à :

L’arrosage

Le rythme d’arrosage d’un terrarium fermé doit être modéré. Faites-le seulement 3 à 4 fois par an. Lorsque la terre du bocal s’assèche, vous pouvez l’arroser. Pour ce type de terrarium, il est préférable de privilégier l’eau de pluie ou une eau minérale. L’eau du robinet pourrait l’endommager du fait de la présence du calcaire dans cette eau.

La température

Un terrarium fermé contient des plantes tropicales qui aiment la chaleur. Idéalement, vous devrez disposer son écosystème dans une pièce dont la température se situe entre 15 et 27 degrés. Dans ce type de terrarium, sont privilégiées les plantes qui ont l’habitude de s’épanouir dans des milieux humides et chauds.

Il s’avère donc nécessaire de reproduire ce climat naturel qui leur est favorable. Quelques fois, une buée apparaît sur la paroi du bocal en verre. Ceci est la résultante d’une différence de température entre le milieu ambiant et l’intérieur du bocal. Il faut juste l’ouvrir pour réaliser l’équilibre afin que la buée disparaisse. Ce phénomène de condensation reste normal et dénote de la vitalité du milieu.