Adoptez-les pour leurs superbes floraisons, même dans un bac, sur un balcon. Ils embelliront vos bassins à merveille durant tout l’été. Sachez les choisir en fonction de la place et de la profondeur d’eau dont vous disposez. N’hésitez pas, ils demandent peu d’entretien.

Nénuphars et lotus sont les joyaux de nos bassins. Leur diversité de forme, de taille et de coloris permet des décors originaux. Ils sont faciles à cultiver. Explications .

Comment les choisir vos plantes ?

Votre choix dépend des conditions de culture que vous pouvez leur offrir : température de l’eau, grandeur et profondeur du bassin.

Les variétés rustiques se cultivent partout. De nombreux hybrides et variétés ont été obtenus à la fin du siècle dernier en France par Bory Latour-Marliac puis, à travers le monde, par quelques passionnés.

Les variétés exotiques sont frileuses. La température de l’eau ne doit pas descendre en dessous de 5°c. Ils sont à réserver au Midi, ou conservez les rhizomes entourés de mousse humide dans un local tempéré pendant la période hivernale.

Vous ne planterez pas les mêmes variétés selon la dimension du bassin et sa profondeur. Si la hauteur est faible, entre 10 et 30 cm, contentez-vous de variétés naines ou de nénuphars pygmées ; entre 20 et 60 cm, les variétés à développement moyen sont idéales ; entre 60 cm et 1 m, choisissez des variétés moyennes ou vigoureuses ; au- delà, les grandes variétés seront à leur aise. Les plantes aquatiques ne doivent pas couvrir plus de 50 à 70 % de la surface de l’eau.

Un pépiniériste spécialisé vous aidera dans la sélection. Les nénuphars sont vendus par correspondance en racines nues, ou sur place en pots de 3l. Ils valent de 15 et 30 € selon la facilité de multiplication et la rareté de la variété.

La magie des lotus

En Asie, ils ont suscité de nombreuses passions. Le lotus est vénéré comme symbole de la pureté sortie des profondeurs troubles et mystérieuses. C’est aussi une plante comestible dont on mange les feuilles en guise d’épinards, les graines grillées, les fleurs en beignets et les racines cuites sous la cendre, bouillies ou coupées en rondelles dans les soupes.

Le nénuphar jaune

Cette plante jaune indigène en Europe, appelée Nuphar lutea par les botanistes, se développe vigoureusement, parfois même en eaux plus profondes que les vrais nénuphars. Ses fleurs, plutôt petites, de couleur jaune vif, se détachent bien sur le vert sombre des feuilles ovales.

En altitude, on rencontre parfois aussi le nénuphar jaune nain (Nuphar pumila).

Bon à savoir : Les nénuphars aiment les eaux calmes d’un canal d’irrigation ou d’un étang. Au fil des années, ils pourront s’étaler à leur guise et fleuriront encore plus.

Pour les petits modèles

Un abreuvoir en zinc, un baquet, une petite cuve ou une jarre conviennent à la culture de nénuphars. Choisissez un nénuphar pygmée dont les feuilles et les fleurs ne dépassent pas 5 cm de diamètre. Plantez-le en pot ou directement avec un peu de terre au fond du récipient. Utilisez de préférence de l’eau de pluie et ajoutez-en régulièrement quand le niveau baisse. C’est très important pour entretenir vos plantes aquatiques.

“Nénuphar” géant

Le victoria d’Amazonie est spectaculaire. Dans la nature, ses feuilles en forme d’immenses tourtières peuvent atteindre 4 ou 5 m de diamètre, elles supportent le poids d’un enfant. De dimensions plus modestes sous nos latitudes, sa culture exige pourtant un grand bassin chauffé à 25°c. Le victoria cruziana, un peu moins exigeant, peut être cultivé en annuelle dans le sud de la France.