La chenille processionnaire est la larve d’un papillon. Les cocons sont créés au faîte des pins ou des chênes avant de se finir en longue procession de chenilles urticantes. Elles sont non seulement dangereuses pour les arbres mais aussi pour l’homme et les animaux domestiques à cause des réactions allergiques qu’elles peuvent provoquer. Comment s’en débarrasser ? Découvrons cela ici.

Le cycle de vie de la chenille processionnaire

Durant la période estivale, les larves des chenilles se transforment en papillons grisâtres. Ils pondent leurs œufs sur les branches des arbres à raison de 150 à 200 œufs et un mois et demi après ils éclosent afin de donner des larves et plus tard des chenilles. Elles vont muer et croître dépendamment des conditions météo. Elles vont ensuite tisser des cocons-nids.

Au printemps, elles quittent le nid et descendent sur terre, où elles y resteront jusqu’en été (période où elles se transforment en papillons, prennent leur envol et s’accouplent. C’est le début d’un nouveau cycle.

Les dégâts occasionnés par les chenilles processionnaires

Si vous constatez une défoliation au niveau des branches des arbres, soyez-en sûr, les chenilles ont décidé d’y élire domicile. Parmi les conifères les plus attaqués, on retrouve les pins, mais aussi les cèdres. Elles vont dévorer les aiguilles, rendant ainsi l’arbre plus vulnérables à l’attaque d’autres nuisibles.

Les passants doivent aussi faire attention car les poils des chenilles sont très urticants. Les risques d’allergies, de démangeaisons ou d’irritations sont nombreux, aussi bien chez l’homme que les animaux.

Dans les cas graves, un choc anaphylactique ou œdème de Quincke peut survenir.

L’éco piège : Pour capturer les chenilles processionnaires des pins ou des chênes

Il s’agit d’un système qui va encercler l’arbre occupé et qui va empêcher les larves de rejoindre le sol. Le collier sera percé en un point précis d’où partira un tube, relié à un sac. Les chenilles vont donc parcourir le collier et vont tomber dans le tube.

Elles sont vouées à rejoindre le sol, donc inaptes à remonter sur le chêne ou le pin. Une fois que la procession sera finie, le sac pourra être détaché puis brûlé. Vous pouvez même l’enterrer.

Il faut savoir que colliers sont proposées en diverses tailles pour s’ajuster au mieux au diamètre de votre pin. Ils sont réutilisables une fois que le sac collecteur a été détruit.

Les pièges à phéromones

C’est un des moyens de lutte les plus adaptés pour lutter contre les ravageurs. Ces pièges peuvent être utilisés de juillet à septembre, pour empêcher que les mâles ne viennent féconder les femmes.

Pour piéger efficacement les chenilles, il faut 1 piege a chenille tous les 25 m. Vous les placerez sur les branches charpentières, à un emplacement suffisamment dégagé afin que les papillons puissent y accéder. Les phéromones dans ce piège chenille processionnaire donnent la possibilité à 3 mois de capture.

Favoriser le développement des prédateurs naturels

Les mésanges, qui sont non sensibles aux poils urticants, sont des prédateurs naturels dans la lutte biologique de la chenille processionnaire. En période de nidification, un couple de mésanges pourra consommer jusqu’à 500 insectes par jour.

Il ne vous suffira que d’implanter des nichoirs à mésange à proximité des arbres touchés par les chenilles à procession. Idéalement, demandez aux jardiniers de les installer à 3 mètres de haut sur le tronc.

Utiliser du Bacillus Thurengiensis

C’est une des méthodes de lutte les plus recommandées pour éviter la prolifération des chenilles. C’est un traitement adapté car il protège les autres insectes qui sont indispensables dans le jardin. Grâce à une pulvérisation sur les végétaux infestés, il va éradiquer les chenilles. Attention toutefois de bien lire les précautions d’emploi sur l’emballage étant donné que le dosage diffère d’une chenille à une autre. Aussi, ce produit n’est pas efficace sur les noctuelles adultes !